Dunoirdublancdelacouleur

29 octobre 2014

Budapest, J6

Classé sous Non classé — dunoirdublancdelacouleur @ 22 h 38 min

Mercredi 29 octobre. Dernière journée complète à Budapest. Encore des surprises, petites et grandes.

Matinée shopping! Rien d’original pour des touristes, profitons-en pour nous livrer à quelques observations ethnologiques de café du commerce. En dehors de quelques festivités comme les rencontres de supporteurs le dimanche, les habitants de Budapest sont plutôt calmes, paisibles, nous sommes loin ici de l’empressement parisien. Ils sont même à cheval sur le règlement, un peu à l’allemande: ici, on ne traverse pas en dehors des clous et on s’offusque à voix haute quand un touriste Français se le permet. Les habitants de Budapest sont très soucieux de l’hygiène: la ville est impeccable, les trottoirs toujours propres, d’ailleurs on ne rigole pas avec les nettoyeurs des rues:

IMG_1817bd

 

Les fumeurs souvent font un détour pour écraser leur mégot dans le cendrier public:

IMG_1724bd

 

Leurs trottoirs étant dignes de ceux de Zurich ou d’Istanbul (si, si), le piéton les contemple, satisfait, tout en cheminant. C’est donc l’endroit idéal pour y peindre au pochoir de la propagande publicitaire ou politique du plus bel effet (le mégot que l’on distingue en haut à droite de la photo a été jeté par un touriste):

IMG_1833bd

Parmi les traits du caractère hongrois que nous avons pu noter dans notre approche il faut bien le reconnaître superficielle, nous avons relevé un penchant particulier et prononcé pour les tout petits chiens (ce en quoi ils se différencient des Allemands):

IMG_1825bd

 

Bon, pas de quoi écrire un bouquin sur l’âme hongroise. Suivent donc quelques photos sans commentaire.

IMG_1821bd

 

IMG_1826bd

 

IMG_1829bd

 

IMG_1835 2

 

 

Dans l’après-midi, promenade dans l’île Marguerite, une coulée verte entre deux bras du Danube. On y fait du jogging, on y promène le petit chien ou les enfants. Première petite surprise: un bassin aux jets d’eaux qui jaillissent au rythme de la musique, des notes d’eau dans l’air, en quelque sorte:

IMG_1845 2bdIMG_1849 2bd

 

 

IMG_1862 2bd

 

 

l

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mètres plus loin, rencontre avec un faiseur de bulles, qui plaisait beaucoup aux enfants:

IMG_1874 2bd

 

IMG_1886bd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1872 2bd

 

 

Zénitude, calmitude, tanquillitude. Joli parc, jolies statues, jolies femmes sur les bancs:

IMG_1898bd

 

IMG_1899bd

 

IMG_1896bd

 

 

Arrivée dans le quartier d’Obuda, au nord. Quartier plus populaire, rempli de barres d’immeubles à loyers que l’on devine modérés. Immobiles et pesants témoins du glorieux temps passé de l’ère pré capitaliste, quand travailleurs et ingénieurs bâtissaient, en camarades et main dans la main, l’avenir radieux du peuple panonnien, faisant au passage preuve d’une rare subtilité en parvenant à décliner sur leurs façades, tel un ciel breton, une infinie variété de gris:

IMG_1928bd

 

 

Perdus au milieu de ces mastodontes, quelques ruines romaines (Aquincum) tentent d’exister: un amphithéâtre, une villa, entre deux immeubles (pas de photo), des thermes, sous l’autoroute urbaine (si on avait prédit ça aux légionnaires qui gardaient le Limès contre les barbares…):

IMG_1935bd

 

Mais la surprise vient d’un peu plus loin: une petite placette, sur laquelle des personnages précautionneux s’abritent sous leurs parapluies, sculptures touchantes de simplicité:

IMG_1907bd

A quelques pas de là, le musée consacré à leur auteur, Imre Varga: porte close, je l’ouvre, je passe une tête, une clochette retentit, un jeune homme timide s’avance et nous dit que c’est « open ». Entrée gratuite pour les profs français sur non-présentation de la carte professionnelle. Munis de nos tickets, nous passons alors de salle en salle, puis en jardin, précédés d’un vieux monsieur qui nous ouvre les portes et nous allume la lumière (aucun touriste à l’horizon). Enchantement. Imre Varga est un grand et vieux bonhomme (90 ans), qui fait des sculptures monumentales et commémoratives pétries d’humanité depuis des lustres. Nous découvrons que la moitié des statues de la ville sont de lui! Il y en a même au Mémento Parc! Il a célébré les gens simples, les résistants, les martyrs, les grands hommes, il a travaillé pour les communistes, les Juifs, les catholiques, les démocrates, il est la mémoire et le fil rouge de l’histoire de la Hongrie depuis près de 70 ans…

IMG_1918bd

 

IMG_1912bd

 

IMG_1917bd

 

 

Après cela, il ne restait plus qu’à rentrer. Un p’tit restau, un p’tit pinot. Un p’tit dodo avant de prendre l’avion.

Pour au revoir, les Hongrois, ils disent viszontlàtàsrà.

Alors, viszontlàtàsrà, quoi.

 

 

28 octobre 2014

Budapest, J5

Classé sous Non classé — dunoirdublancdelacouleur @ 22 h 47 min

Mardi 28 octobre.
Tout se passe aujourd’hui autour de la place des Héros:

DSCN9822bd

Le gars de dos sur la photo, c’est moi, on a enfin réussi à transférer les photos d’isa. Grands monuments bâtis fin XIX° pour célébrer le millénaire de la Hongrie: c’est plein de héros virils au menton carré et à la fière moustache. Très belle place, idéale pour les rassemblements de foules, comme l’enterrement officiel en 1989 d’Imre Nagy, le dirigeant hongrois abattu par les Soviétiques en 56.

Sur le chemin de l’hôtel à la place, un monument évoquant le rideau de fer:

DSCN9813bd

L’affichage rappelle que tout a commencé le 19 août 1989, à la frontière austro-hongroise, par un… pique-nique! On avait oublié cela, c’est fou, quand même (l’histoire du pique-nique, pas d’avoir oublié) (quoique pour des profs d’histoire, c’est pas terrible).

 

 

Nous passons plusieurs heures au musée des Beaux Arts (entrée gratuite pour les profs d’histoire français, sur non-présentation de la carte professionnelle), immense, des collections impressionnantes, de l’antiquité au XX° siècle.

Plein de toiles de maîtres, comme ce portrait de femme de Bronzino:

IMG_1739bd

 

Ou des oeuvres d’artistes moins connus, mais intéressants, comme Jan Van Bylert:

IMG_1742bd

 

Je n’ai pas retenu le nom de l’auteur de l’oeuvre ci-dessous (oui, c’est une oeuvre, pas les carreaux des toilettes), mais je trouvais les reflets jolis:

IMG_1727 2bd

 

 

La peinture française est bien représentée, avec les plus célèbres: Monet, Poussin, Gauguin, Courbet, etc. et de parfaits inconnus, comme Théodule Ribot, natif de Saint Nicolas d’Attez, dans le département de l’Eure (et oui!)

Capture d’écran 2014-10-28 à 21.57.28

 

 

Dans l’après-midi, promenade dans le parc du bois de ville:

IMG_1757bd

 

IMG_1756bd

 

IMG_1767bd

 

IMG_1761bd

 

IMG_1769bd

 

IMG_1749bdCette dernière photo n’a aucun intérêt, je le reconnais volontiers.

 

 

Vers la fin du jour, cappuccino et strudel dans un café romantique, au bord d’une patinoire qui attend l’hiver:

IMG_1781bd

 

IMG_1779bd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez vu le petit dessin sur la crème?

IMG_1777bd

 

Un peu à l’écart de la place, le sablier géant installé en l’honneur de l’entrée de la Hongrie dans l’Union Européenne:

DSCN9840bd

Symbole inquiétant: il est déjà en panne, et pas réparé.

 

 

17 heures, la nuit tombe vite à Budapest en automne.

IMG_1809bd

 

Et puis, cuisine hongroise, comme chaque soir. Au menu: porc braisé au miel, accompagné d’un Pinot noir local. le vin hongrois est vraiment remarquable, on va en ramener quelques bouteilles…

 

A suivre.

 

DSCN9834bd

 

27 octobre 2014

Budapest, J4

Classé sous Non classé — dunoirdublancdelacouleur @ 22 h 55 min

Lundi 27 octobre. Plongée romantique dans le passé.

Le passé récent, ou pas si vieux, en tout cas pour les plus de vingt ans: 20 minutes de tram urbain, puis 30 minutes de bus dans les faubourgs de la ville pour arriver au Mémento parc, le parc des statues de l’époque communiste.

IMG_1602bd

 

A l’entrée, les bottes de Staline, tout ce qu’il reste de sa statue de 8 mètres abattue le 23 otcobre 1956 (jour à présent férié!). Leur faisant face, Marx, Engels et Lénine. il a malgré tout un petit sourire ironique, le Vladimir Illitch.

IMG_1670bd

 

A l’intérieur du parc, on ne peut s’empêcher de ressentir quelque chose de l’ordre de l’émotion en parcourant les allées, reflet d’un temps où les statues s’élançaient vers un avenir radieux, levaient le poing au ciel comme pour concurrencer Dieu, et se serraient la main pour saluer le genre humain.

IMG_1629bd

 

IMG_1622bd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1652bd

 

IMG_1607nbbd

 

 

Et puis on se laisse prendre au jeu, et on fait les cons, comme tout le monde…

IMG_1615bd

 

 

Retour au bus, direction la vieille ville sur les hauteurs de Buda:

IMG_1685bd

 

On se promène presque seuls dans des rues bordées de belles maisons, aux jolies couleurs, bien rénovées grâce à l’argent de l’Union Européenne:

IMG_1692bd

 

 

Du passé un peu plus ancien, donc, reflet des splendeurs d’antan. Au détour d’une place en pleins travaux, l’église Saint Matthias, où a eu lieu le couronnement de Sissi (Si, si, Romy Schneider, c’était là!):

IMG_1712bd

 

 

Passé encore plus ancien: les bains turcs du XVIème siècle! Cette fois là, il n’y avait pas trop de monde. Sous une coupole d’époque ottomane, bains à 36 °C, 40°C, 45°C, saunas jusqu’à 70°C et jacuzzi. Relaxant, et très romantique. Mais pas de photos, nos appareils ne sont pas waterproof.

 

Sur le chemin du retour, petit crochet par l’institut français et la librairie Latitudes, où une charmante vendeuse au délicieux accent magyar me conseille des auteurs hongrois, dont je m’empresse d’acheter les oeuvres emblématiques: Ferenc Karinthy, Frigyes Karinthy (son papa) et Antal Szerb. Celui qui veut nous faire croire qu’il les connaît a un gage.
A suivre.IMG_1609bd

 

 

26 octobre 2014

Budapest, J3

Classé sous Non classé — dunoirdublancdelacouleur @ 21 h 53 min

Dimanche 26 octobre, journée insolite.

Nous possédons désormais deux mots en hongrois:  keusseuneum (merci) et yonopot (bonjour). Isa sait aussi dire s’il vous plaît, mais ça j’ai oublié.

La journée commence par une promenade dans le quartier du parlement, en attendant l’heure de la visite guidée dudit édifice. passage obligé par la belle place de la Liberté, bordée par l’ambassade étatsunienne, devant laquelle deux policiers exercent une surveillance discrète. Il s’y trouve encore un monument orné de la faucille et du marteau, et d’un bas-relief en hommage à l’armée rouge.

 

IMG_1491bdIMG_1490bd

 

Au pied du monument, une banderole et quelques militants, que l’on devine anticommunistes, réclamant la désérection de l’objet honni:

 

IMG_1492

 

Ils passent le temps, tapent la discute en gardant un oeil sur les gosses qui jouent à côté, sans avoir l’air d’y croire vraiment. Deux policiers exercent une surveillance discrète.

 

Un peu plus loin, à l’autre extrémité de la place, un autre monument, particulièrement hideux, a été récemment édifié pour commémorer la déportation des Juifs hongrois pendant la guerre. Las! le gouvernement ayant refusé de reconnaître la responsabilité de l’Etat hongrois dans l’arrestation et donc l’extermination de 90 % des Juifs du pays, les associations juives protestent et manifestent leur mécontentement par un contre-monument: affiches, objets, cailloux, jouets, objets divers. Deux policiers exercent une surveillance discrète.

 

IMG_1503bd

 

Retour au parlement, et visite guidée de ce très bel et imposant édifice du XIXème siècle:

IMG_1540bd

 

Sur la place Kossuth, devant le parlement, une exposition en sous-sol, évoque l’invasion soviétique de 1956. Emouvant.

IMG_1515bdIMG_1516bd

 

 

Un peu plus loin, sur la rive du Danube, une oeuvre étonnante: des chaussures de métal, qui évoquent la noyade de centaines de personnes, jetées au fleuve en 1944 par les sbires du pouvoir fasciste:

 

IMG_1530nb2IMG_1535bd

 

Place du parlement, quelques instants plus tard… des groupes font leur apparition, les uns arrivent à pied, les autres descendent d’autobus, la présence policière se fait plus dense, quoique toujours discrète, des slogans retentissent au loin… Ambiance. Les touristes, intrigués, traînent un peu, pour voir. Et tout soudain, comme sous l’effet d’un mot d’ordre, ils sont là, convergeant vers le parlement, de trois artères différentes, fumigènes verts à gauche, fumigènes rouges à droite, couleurs de la Hongrie, des centaines d’individus vociférant. Etre brusquement environnés d’une horde de supporteurs de foot, crânes rasés, blousons noirs, une bière à la main, hurlant des choses incompréhensibles, tantôt sur le rythme d’Al-gé-rie!-fran! çaise!, tantôt sur l’air de alouette je te plumerai, constitue une expérience rare. Renseignements pris, il s’agit tout bonnement d’une coutume locale les dimanches où il n’y a pas de match. On s’amuse comme on peut, quand on s’ennuie le week-end à la maison.

IMG_1552bd

Bon, OK, le petit gros à gauche, ne fait pas très peur, mais ses copains, quand même…

 

 

 

IMG_1570bd

C’est moi, ou une main derrière le grand chauve fait bien le salut fasciste?

 

IMG_1574bd

 

IMG_1576bd

 

Poursuivant notre périple, nous repassons par hasard devant le monument controversé dont il était question plus haut. Constatant que la présence policière, tout en demeurant discrète, a néanmoins plus que doublé, nous ralentissons le pas, ce qui nous donne alors le loisir d’observer une scène tout à fait déconcertante: des groupes formant des cercles, façon équipe se concentrant avant un match, mais concentrés à l’évidence sur une prière collective et fervente. Nous n’avons pas voulu les déranger, nous ne savons donc pas à quelle divinité supérieure ils s’adressaient, ni pourquoi.

IMG_1583bd

 

 

Plus tard dans l’après-midi, à la tombée de la nuit, nous croiserons d’autres manifestants, politiques, ceux-là, ainsi que des fans de foot terminant la fête en compagnie d’une cannette, sous la surveillance toujours discrète des forces de l’ordre.

Pour finir en beauté, long trajet jusqu’aux bains turcs les plus réputés de Budapest, pour constater à l’arrivée que nous étions environ 15000 à avoir eu ce jour-là la même idée. Les bains contenant plus de gens que d’eau, il fallut renoncer et rebrousser chemin.

Une belle journée.

 

IMG_1548nbbd

A suivre.

25 octobre 2014

Budapest, J2

Classé sous Non classé — dunoirdublancdelacouleur @ 22 h 59 min

Samedi 25 octobre.

Premier petit déjeuner à l’hôtel, après une nuit réparatrice. Nous sommes environnés de gens qui mangent de la ratatouille, des saucisses, du jambon et des tranches de fromage. Prudents, nous nous contentons d’un café-croissant-pain-beurre-confiture.

Journée musées, sur les hauteurs du château de Buda. Il fait beau. Musée National hongrois: que des artistes hongrois, du moyen-âge à nos jours, la plus haute expression de la magyaritude. Evidemment, nous n’en connaissions pas un seul, incultes que nous sommes. Que celui qui est capable de citer sans chercher au préalable sur wikipedia un artiste hongrois qui ne soit pas Vasarely nous jette la première pierre. Il y en a pourtant des bons, et même des très bons:

Karoly Ferenczy, par exemple:

IMG_1486bd

 

Ou Mihaly Munkacsy:

IMG_1485bd

 

Ensuite, musée historique de Budapest. A l’origine, une cité romaine, Aquincum, située en bordure du Limes, dans la plaine de Pannonie. On ira en voir les ruines dans quelques jours. Suivront les Avars (peu dépensiers, ils n’ont guère laissé de traces de leur passage), les Huns (qui n’étaient pourtant pas les premiers), les Magyars (je cherche, je ne trouve pas), et un certain nombre d’autres comme les Turcs (des têtes, ceux-là).

 

La photo ci-dessous n’a aucun intérêt: je l’ai prise parce que je n’avais jamais vu quelqu’un utiliser un bras téléscopique pour se faire plus facilement un selfie…

 

IMG_1431bd

 

Fin d’après-midi, retour vers l’hôtel:

 

IMG_1446bd

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1413bd

 

IMG_1422bd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1465bd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Problème technique à l’arrivée: impossible de transférer sur l’ordi les photos d’Isa, ce qui explique qu’on ne me voit pas beaucoup. En particulier, vous n’aurez pas la chance de me voir avec une kippa sur la tête, obligatoirement distribuée aux hommes à l’entrée de la synagogue hier…

 

A  tombée de la nuit, le Danube change de couleur:

IMG_1467bd

 

 

Restau en soirée dans le quartier juif, pour déguster un cholent, sorte de cassoulet local. Bon (mais quand même moins bon qu’un vrai cassoulet de Castelnaudary).

 

IMG_1481bd

C’est beau, une ville la nuit.

A suivre.

 

 

 

 

24 octobre 2014

Budapest, J1

Classé sous Non classé — dunoirdublancdelacouleur @ 22 h 26 min

Vendredi 24 octobre. Après un vol sans histoire, nous voici à Budapest, dans la matinée.

Premier regard sur l’hôtel: écran accueillant, confort, ambiance orientale, lumières tamisées, chambre insonorisée, lit parfait, connexion wifi. Personnel en costume impeccable et cravate jaune. C’est chic.

IMG_1403bdIMG_1402bd

 

 

Premier regard sur la langue hongroise:

IMG_1342bd

 

Et bien, ça commence comme du breton, mais ça se dégrade très vite: ensuite on dirait du basque. A l’oral, c’est encore pire. Ci-desous, Isa en train de demander son chemin en vain à un policier: impossible de lui arracher un mot. Donc, inutile d’insister, nous passerons par l’anglais.

 

IMG_1379bd

 

 

Premier regard sur le temps:

IMG_1334bd

 

Pour l’instant, nous ne sommes pas dépaysés: il pleut. Mais ça ne va pas durer, la météo prévoit du beau temps pour le reste de la semaine.

Derrière Isa, c’est le beau Danube (pas) bleu.

 

 

Premier regard sur Budapest:

IMG_1327bd

 

Ils y a des hommes politiques et des tagueurs. Leurs tags sont plus rigolos que leurs affiches politiques.

 

IMG_1369bd

 

Il y a aussi plein de sculptures et de statues dans les rues, et plein de beaux bâtiments (ici, le Parlement, on dirait Westminster!).

 

IMG_1371bd

Il y a des lieux chargés d’histoire:

IMG_1340bd

 

Il y a des pâtisseries:

IMG_1332bd

 

Et il y a quelques touristes.

IMG_1354 2bdIMG_1385 2bd

 

 

 

 

 

La journée s’est achevée en beauté, par une soupe de goulash suivie d’une tartiflette hongroise (j’ai oublié le nom), agrémentées d’un merlot local tout à fait approprié.

Bref, c’était bien.

A suivre.

12 octobre 2014

Bonjour tout le monde

Classé sous Non classé — dunoirdublancdelacouleur @ 16 h 41 min

Nous serons à Budapest du 24 au 30 octobre. Ce blog est destiné à tous les amis qui ont participé au cadeau.

Impressions, émotions, commentaires, photos. C’est parti, on décolle.

.©dell-Fotolia.com_

Ricaudtaste |
Salon de la photo de Limogn... |
The Photography Is My Passion |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Balzingersarah
| ♥♥♥ Cœur de loup ange ♥♥♥ (...
| Fufu1511